Projets en cours et à venir

 

 

Évaluation d’un protocole visant à optimiser la participation de familles dont un enfant est atteint d’une lésion neurotraumatique en réadaptation physique pédiatrique (PRO-RÉA) : une étude pilote 

Informations sur ce projet

Chercheur principal: Gauvin-Lepage , Jérôme

Co-chercheure: Beauchamp, Miriam

Collaborateurs: Leroux, Sophie, & Bau, Odette

Organismes subventionnaires: Réseau provincial de recherche en adaptation – réadaptation (REPAR), Subvention pour la recherche en traumatologie pédiatrique au CHUSJ

Période: 2018-2020

Étapes d'avancement: Recrutement et collecte de données en cours

Résumé

Le PRO-RÉA, qui symbolise "Protocole d’Intervention en Réadaptation Physique Pédiatrique pour une Participation Sociale Optimale", a été développé pour outiller les intervenants de la réadaptation afin d’optimiser la participation des familles dans le processus de réadaptation d’un jeune ayant subi une lésion neurotraumatique. Ultimement, des répercussions positives sur la participation sociale et la qualité de vie du jeune sont attendues. Le PRO-RÉA se compose de deux outils cliniques novateurs. Le premier permet d’évaluer le niveau de participation des familles dans le processus de réadaptation de leur enfant. Le deuxième permet de mettre en place des mesures d’interventions interdisciplinaires pour stimuler la participation de la famille au processus de réadaptation de leur jeune. 

Impact du programme d'accompagnement personnalisé d'intégration communautaire (PRO-COM) sur la participation sociale et la qualité de vie d'enfants ayant une lésion neurotraumatique : une étude pilote

 

Informations sur ce projet

Chercheur principal: Gauvin-Lepage , Jérôme

Co-chercheure: Levert, Marie-Josée

Collaborateurs: Leroux, Sophie, Laganière, Josée, St-Onge, Maryse (CHUSJ) & Lefebvre. Monique (AlterGo)

Organismes subventionnaires  FRQ-S "Consortium pour le développement de la recherche en traumatologie - Volet 2", Partenariat OPHQ-REPAR-FRQS – Programme 4.5 Soutien à la participation sociale

Type: De fonctionnement 

Période: 2018-2020

Étape d'avancement: Recrutement et collecte de données en cours

Résumé

Le programme d’accompagnement-citoyen personnalisé favorisant une participation sociale optimale – le PRO-COM, a été démontré comme une intervention efficace pour augmenter la participation sociale et la qualité de vie d’adultes atteints d’un traumatisme craniocérébral modéré ou sévère. Cependant, aucune étude empirique n’a été réalisée auprès de jeunes atteints d’une lésion neurotraumatique.

 

Ce projet pilote s’inscrit dans une programmation de recherche qui vise à promouvoir la participation sociale et la qualité de vie d’enfants et d’adolescents souffrant d’une lésion neurotraumatique. Ultimement, ce projet pourrait aider la reprise des activités de la vie quotidienne du jeune atteint d’une lésion neurotraumatique afin d’améliorer son bien-être. Ce projet permettrait aussi d’exporter ce programme à d’autres clientèles ainsi qu’à d’autres milieux de soins, alors que les professionnels de la santé sont à la recherche de programmes d’intervention validés et simples, tangibles, faciles à implanter et à utiliser dans leur milieu de pratique respectif.

Transition chez les enfants ayant une lésion cérébrale acquise : le projet TeLCA

Informations sur ce projet 

Chercheur principal : Gauvin-Lepage, Jérôme

Co-chercheurs : Koclas, Louise, Jaworski, Magdalena, Larochelle, Josée, Berger-Caron, Frédérique, St-Pierre-Clément, Anne-Sophie

Collaborateurs : Huppé, Samuel, Leblanc, Laurence, & Poupart-Monette, Véronique

État d’avancement : En attente de confirmation pour le financement

Résumé du projet 

La transition occasionne plusieurs changements simultanés qui requièrent une grande capacité d’adaptation, particulièrement chez les jeunes ayant une lésion cérébrale acquise (LCA). La littérature évoque la nécessité de fournir, à ces jeunes ayant une LCA, des services de transition efficaces dans le domaine de la santé. Or, l'augmentation de la survie d’enfants atteints de maladies neurologiques chroniques complexes, notamment en raison des progrès réalisés face aux soins pédiatriques, a pour conséquence que des adolescents et de jeunes adultes atteints de LCA sont maintenant admis et traités en soins pour adultes. Toutefois, les programmes de préparation pour faciliter le processus de transition sont encore limités [5-7], et plusieurs études ont souligné une corrélation positive entre le manque de préparation à la transition et la détérioration de l’état de santé de ces jeunes atteints d’une LCA. Dès lors, ces lacunes au sein du système de santé contribuent à la détérioration précoce, notamment en entrainant une diminution à l’adhérence au traitement et une rupture du suivi médical. C’est pourquoi le processus de la transition est un phénomène auquel il est urgent de s’y intéresser, particulièrement auprès de ces enfants et des membres de leur famille.  Le but de cette étude est de valider qualitativement, selon une approche « laboratoire vivant » (Living Lab), une modélisation de trajectoire de la transition de soins et de vie à laquelle les enfants et adolescents atteints d’une LCA et de leur famille sont confrontés.

image1.jpg

Impact de l’activité physique sur la participation sociale, la qualité de vie, le sentiment de compétence, les interactions sociales et l’adhérence à la pratique physique de jeunes ayant une lésion neurotraumatique

Informations sur ce projet 

Chercheur principal : Gauvin-Lepage, Jérôme

Co-chercheur principal : Blanchet, Mariève

Collaborateurs : Leroux, François

Organisme : Subvention pour la recherche en traumatologie pédiatrique au CHUSJ

Type : De fonctionnement

Période : 2020-2022

Montant : 20 000 $

État d’avancement : Soumission pour obtention du certificat éthique

Résumé du projet

Particulièrement pour les enfants et adolescents, les avantages de l’activité physique sont incontestés. En effet, l’activité physique améliore le bien-être physique, émotionnel et social des jeunes, et tout particulièrement chez ceux ayant un handicap physique. En ce sens, il appert que les jeunes atteints d’un handicap physique sont généralement moins actifs que leurs pairs, bien souvent à cause des limitations occasionnées par leur handicap. Les besoins manifestés par les jeunes et leur famille convergent notamment vers la création d’environnements dédiés à l’activité physique, adaptés et inclusifs. Ainsi, il est acceptable de croire que la création d’un tel environnement en vue de valoriser la pratique d’activité physique pourrait potentiellement avoir une influence positive sur la participation sociale d’enfants et d’adolescents ayant une lésion neurotraumatique, alors que leur participation sociale est significativement comprise par les incapacités physiques, cognitives et sociales associées à la lésion. Le but de cette étude pilote consiste à évaluer l’acceptabilité, la faisabilité et les effets préliminaires de la pratique d’activité physique au sein d’un tout nouvel environnement sur : (i) la participation sociale, (ii) le sentiment de compétence, et (iii) les interactions sociales de jeunes ayant une lésion neurotraumatique. Un devis pilote pré-expérimental prospectif sera utilisé. Les retombées de cette étude sont, non seulement l’avancement des connaissances dans ce domaine d’études prometteur et encore peu étudié, mais elles permettront aussi l’accès à un nouvel environnement de réadaptation sécuritaire, dédié et inclusif, promouvant l’activité physique pour ces jeunes atteints d’une lésion neurotraumatique.

hockey kid.png

Inclusion sociale par l’activité physique en plein air chez les enfants atteints de trouble développemental de la coordination

Informations sur ce projet 

Chercheur principal : Blanchet, Mariève

Co-chercheur principal : Gauvin-Lepage, Jérôme

Co-chercheurs : Cadoret, Geveniève, Gadais, Teg, & Carman, Lionel

Collaborateurs : Daigle, Patrick, St-Onge, Marc & Gingras, Marc

Organisme : Société Inclusive

Type : Programme de recherche en partenariat

Période :2018-2020

Montant : 25 000 $

État d’avancement : Soumission pour obtention du certificat éthique

Résumé du projet

Les troubles moteurs d’enfants atteints de trouble développemental de la coordination (TDC) causent une perte de motivation à participer aux activités physiques, ce qui engendre des effets délétères sur leur santé ainsi que sur leur participation sociale. Le temps d’attente entre l’identification des problèmes moteurs de l’enfant et l’accès aux services (réadaptation et scolaire) peut aller jusqu’à 3 ans pour les cas les plus sévères de TDC. Les enfants ayant des troubles moteurs significatifs, mais dont l’évaluation indique que les limitations interfèrent de façon moins importante dans leurs activités de la vie quotidienne, n’auront pas accès aux services. Pourtant, les enfants avec des limitations fonctionnelles doivent bouger un minimum d’une heure par jour afin d’améliorer leur pronostic. Sans une prise en charge ciblée de la famille, il est démontré que la succession d’échecs moteurs provoquera une exclusion sociale et une faible motivation à participer aux activités malgré la volonté des parents. Chez les enfants ayant un développement typique, il est démontré que les activités de plein air (PA) améliorent le niveau d’activité physique, favorise la régulation de leurs émotions, de leur développement social et de leur disposition à l’apprentissage, tout en favorisant leur participation sociale. Étonnamment, aucune étude n’a évalué si les mêmes bienfaits s’appliquent chez les enfants atteints de TDC.

enfant marchette.jpg